Une nouvelle Chaire de recherche sur les événements traumatiques, santé mentale et résilience des individus

Le 3 novembre dernier, le Conseil d’administration de l’UQAC a officialisé la création de la […]

Le 3 novembre dernier, le Conseil d’administration de l’UQAC a officialisé la création de la nouvelle chaire de recherche sur les événements traumatiques, la santé mentale et la résilience des individus.

Sa titulaire, Mme Danielle Maltais, est professeure à l’Unité d’enseignement en travail social de l’UQAC au Département des sciences humaines et sociales. Depuis 1996, elle développe un champ de recherche sur les conséquences des catastrophes et des événements traumatiques sur la santé des victimes et des intervenants rémunérés ou bénévoles appelés à appliquer les mesures d’urgence.

Cette nouvelle chaire de recherche vise la réalisation de diverses activités de recherche, de transfert des connaissances et de formation dont le but principal demeure celui d’outiller, de soutenir et d’accompagner les intervenants des organismes publics, communautaires ainsi que les municipalités dans le soutien aux personnes vulnérables dont les personnes souffrant de problèmes de santé mentale, les personnes avec des incapacités physiques ou cognitives, les femmes et les personnes sans soutien social. Les différents axes de la Chaire visent aussi à identifier les bonnes pratiques psychosociales qui arrivent à prévenir la détérioration de l’état de santé mentale des personnes vulnérables en cas de sinistre. Cette chaire de recherche s’intéressera aussi à identifier les facteurs qui contribuent à la résilience des individus affectés par divers événements traumatisants tant individuels que collectifs.

Au Canada et au Québec, la survenue de tragédie ou de sinistre mobilise généralement bon nombre d’intervenants rémunérés ou bénévoles pendant une période de temps variant de quelques jours à plusieurs mois. Ces intervenants doivent alors soutenir les victimes et les membres de leur famille dans divers lieux publics et privés tout en dépistant les personnes à risque de souffrir de problèmes de santé biopsychosociaux, comme l’état de stress post-traumatique ou autres troubles anxieux. L’intervention de crise, en cas de tragédie et de catastrophe naturelle ou technologique, exige des connaissances spécifiques que les intervenants n’ont pas nécessairement acquises au cours de leur formation scolaire.

Actuellement, la professeure Danielle Maltais codirige un ouvrage scientifique qui sera publié aux Presses de l’Université du Québec (PUQ) au cours du printemps 2016. Cet ouvrage est consacré aux mécanismes de prise en charge de la catastrophe de Lac-Mégantic mis en œuvre par les différents acteurs qui ont apporté leur soutien aux victimes et à la municipalité dans les jours, les mois et les années qui ont suivi le déraillement du train (ministère de la Santé et des Services sociaux, Direction de la santé publique de l’Estrie, CSSS du Granit, Théâtre des Petites Lanternes, etc.). Mme Maltais a également publié, au courant de l’été 2015, un livre aux Presses de l’Université Laval (PUL) portant sur le vécu des professionnels de l’intervention sociale travaillant en situation de crise au sein des organismes publics du Québec.

 

Source :
Bureau des affaires publiques
Université du Québec à Chicoutimi
418 545-5011, poste 2350 ▪ affaires.publiques@uqac.ca