Louis Richer reçoit une importante subvention des IRSC

Neuropsychologue et professeur titulaire au Département des sciences de la santé, Louis Richer a obtenu […]

Neuropsychologue et professeur titulaire au Département des sciences de la santé, Louis Richer a obtenu – avec une équipe de six chercheurs canadiens menée par Tomas Paus de l’Université de Toronto – une importante subvention de 1,27 M$ des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Le projet de recherche soutenu par cette subvention porte sur le cannabis, la maturation du cerveau et la santé mentale. Il s’inscrit dans la poursuite des travaux que les chercheurs ont amorcés en 2000 sur la santé mentale et physique des jeunes de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et celle de leurs parents.

La prochaine collecte de données sera effectuée auprès du même échantillon contrasté de 1 000 jeunes maintenant devenus adultes. Il s’agit donc d’une étude de suivi auprès d’individus dont l’équipe de chercheurs connaît très bien les caractéristiques. Ils pourront ainsi examiner les interactions possibles entre un certain nombre de facteurs individuels, des propriétés structurales du cerveau, la santé mentale et la consommation de cannabis chez les jeunes adultes. Ceci permettra de mieux comprendre les variations de vulnérabilité aux problèmes de santé mentale en fonction de la présence et de la combinaison de facteurs génétiques et environnementaux.

Les chercheurs travaillent à élaborer un modèle développemental qui contribuerait à expliquer l’émergence de troubles de santé et ainsi améliorer les connaissances susceptibles d’augmenter la qualité et l’espérance de vie. Les résultats de leurs recherches antérieures ont déjà permis de publier plus d’une trentaine d’articles scientifiques dans des revues internationales et de réaliser de nombreuses communications lors de congrès.

La recherche est bien sûr rendue possible grâce au soutien financier des IRSC, mais c’est la participation des jeunes adultes qui compte le plus. Leur collaboration jusqu’à maintenant exemplaire s’est traduite par un fort taux de participation. La nouvelle collecte de données débutera cet automne.

Félicitations à Louis Richer et à l’équipe de recherche dont il fait partie!