L’UQAC publie de bonnes nouvelles dans la revue Global Change Biology

La prestigieuse revue Global Change Biology publie les résultats d’un travail de recherche réalisé à […]

La prestigieuse revue Global Change Biology publie les résultats d’un travail de recherche réalisé à l’UQAC en collaboration avec le Service canadien des forêts. Sergio Rossi, professeur associé et chargé de cours au Département des sciences fondamentales de l’UQAC, et Nathalie Isabel, chercheuse au Centre de foresterie des Laurentides, ont conduit le projet qui visait à déterminer l’impact du réchauffement climatique sur la réactivation de la croissance au printemps chez des conifères de la zone boréale.

Les modèles actuels de croissance sont basés sur les températures moyennes journalières, malgré que les scénarios de variation homogène de la température ne soient pas représentatifs de la situation climatique actuelle. Afin de pallier ces lacunes, l’équipe a conçu et réalisé des expériences en milieu contrôlé correspondant aux conditions observées en forêt boréale. Des épinettes noires issues de partout au Québec et provenant de milieux climatiques variés ont été étudiées. L’équipe a pris en compte à la fois les conditions climatiques et la génétique des arbres afin de prédire comment l’épinette noire pourrait répondre à un réchauffement climatique, pour ensuite déterminer les risques potentiels de dommage par le gel. Ils ont ainsi découvert que l’éclosion des bourgeons est devancée d’environ trois jours pendant un réchauffement des températures de jour. Le réchauffement de nuit a un effet moins important. Le réchauffement nocturne actuel apporterait donc un devancement plus modeste du débourrement qu’un réchauffement des températures de jour. Ceci donnerait aux arbres plus de chance d’échapper à une gelée tardive. Cette étude novatrice fournit de bonnes nouvelles quant à l’impact des changements climatiques sur la forêt boréale. Les résultats de ce projet permettront d’ailleurs de proposer de nouveaux modèles plus représentatifs de la réalité pour prédire la dynamique de croissance des arbres et de séquestration du carbone avec différents scénarios climatiques.

Les chercheurs de l’UQAC et du Service canadien des forêts collaborent activement depuis de nombreuses années pour la détermination des effets des changements climatiques sur la dynamique de croissance des arbres. L’excellence de leur travail se concrétise aujourd’hui par la publication de cet article dans la revue de prestige.

Pour plus de détails, consultez l’article en ligne.

Rossi S, Isabel N (2016) Bud break responds more strongly to daytime than night-time temperature under asymmetric experimental warming. Global Change Biology, doi: 10.1111/gcb.13360

© Denis Blackburn