Marie-Pierre Gagné, étudiante au doctorat en management de projets

Pourquoi avoir choisi de poursuivre des études de cycles supérieures? J’ai effectué un baccalauréat en […]

Pourquoi avoir choisi de poursuivre des études de cycles supérieures?
J’ai effectué un baccalauréat en plein air et tourisme d’aventure parce que la dynamique d’équipe me passionne et que les expéditions de plein air sont un catalyseur de vie d’équipe. Après le baccalauréat, ma maîtrise en gestion des organisations m’a aidée à faire le pont entre l’expérience « terrain » et la réalité des organisations. Durant ma maîtrise, j’ai été embauchée comme consultante, ce qui m’a permis de mettre à l’épreuve concrètement les contenus théoriques appris durant mes cours. J’ai terminé ma maîtrise en 2011. Pour moi, entreprendre le doctorat est une suite logique et stimulante afin de bonifier et d’enrichir ma pratique professionnelle quotidiennement. Cela me permet de réfléchir avec des gens qui ont une expérience riche et diversifiée, ce qui me sort de mon confort et de mes réflexes professionnels. Je constate également que je peux tester et mettre en pratique rapidement le fruit de ces réflexions. C’est également une façon d’approfondir un sujet qui me passionne, l’humain dans les organisations.

Quels sont vos projets en cours?
Je travaille comme consultante en développement organisationnel et en développement des compétences, et ce, depuis 7 ans. J’ai débuté mon doctorat en management de projets en 2014 et je devrais terminer ma scolarité à l’été. Si tout va comme prévu, je vise le début de 2016 pour effectuer ma proposition de thèse qui portera sur les collectifs de travail dans des organisations fonctionnant avec un mode projet.

Quels sont vos objectifs professionnels?
J’aimerais continuer d’accompagner différentes organisations dans leurs défis quotidiens. De plus, j’aimerais enseigner au niveau universitaire parce que les sujets traités dans les cours sont assez spécifiques. La clientèle adulte, qui est sur le marché du travail, m’attire particulièrement. Je crois fermement que les cours universitaires permettent d’enrichir les pratiques et quand nous avons la chance de les mettre en application rapidement, les concepts prennent vie. Pouvoir transmettre des concepts théoriques et les rendre applicables concrètement serait donc un beau défi pour le futur.