Martine Duperré défend sa thèse de doctorat avec succès

Saguenay, le vendredi 29 novembre 2002 - Madame Martine Duperré, une étudiante au doctorat en […]

Saguenay, le vendredi 29 novembre 2002 - Madame Martine Duperré, une étudiante au doctorat en développement régional de l’UQAC a défendu sa thèse intitulée : « Constitutions des acteurs collectif et dynamique de développement régional : le cas d’une association régionale en santé et services sociaux ». La thèse a été défendue à titre d’exigence partielle pour l’obtention d’un doctorat en développement régional offert conjointement par l’Université du Québec à Rimouski et l’Université du Québec à Chicoutimi. Madame Duperré est la deuxième finissante de ce programme. Elle a été dirigée par messieurs Carol Saucier professeur à l’UQAR et Jean-Pierre Deslauriers, professeur à l’UQO.Les autres membres du jury d’évaluation de la thèse étaient Mme Jocelyne Lamoureux professeure à l’UQAM, M. Clément Mercier professeur à l’Université de Sherbrooke et M. Jean-François Moreau, professeur à l’UQAC.

La thèse porte sur les processus de constitution et de pérennisation des acteurs collectifs. Pour atteindre l’objectif de compréhension du phénomène, elle a étudié une association de groupes communautaires du domaine de la santé et des services sociaux. Les données utilisées portent sur l’ensemble de la durée d’existence de l’Association, soit plus de douze années. L’analyse de l’étude de cas intra-site utilise des données qualitatives provenant d’entrevues et des documents écrits de l’Association.

L’analyse des données repose principalement sur les concepts d’identité et de culture et a permis d’établir que la construction identitaire prend appui sur un projet fondateur soit, dans le cas étudié, celui de modèle de développement différent où les solidarités communautaires sont à l’honneur et où l’individu regagne une large place dans les services qui lui sont offerts. C’est à partir de ce projet fondateur que l’acteur collectif oriente son action, ses stratégies et ses tactiques.

La thèse a permis de construire une modélisation de constitution de l’acteur collectif qui allie à la fois l’acteur à l’action, c’est-à-dire, identité culturelle ou collective et stratégies d’action. L’action stratégique étant encadrée par cet ensemble de valeurs qu’est le cadre moral de l’acteur.

Le processus de constitution des acteurs collectifs a été étudié en trois phases : la phase préalable, la phase de construction de l’identité culturelle et la phase de pérennisation.

Pour la première phase, nous avons montré que les facteurs participant à la construction de l’acteur collectif sont à la fois de l’ordre de la macrostructure, du mésosystème régional ou national et enfin des déterminants microsociologiques. En effet, les changements intervenant dans la structure de prestation de service amenés par un changement de valeur en faveur de la désinstitutionnalisation et par la crise budgétaire de l’État, montraient aux groupes communautaires que leur rôle était sur le point d’évoluer. De plus, le parcours individuel structurant l’identité des premiers fondateurs n’est pas étrangère à leur mobilisation. Enfin, leur appartenance à des structures locales, régionales et nationales de participation leur a permis d’identifier une occasion d’agir qu’ils ont su saisir.

Le processus de construction de l’identité culturelle dépend de facteurs internes et des relations qu’entretient l’acteur avec son environnement. À l’interne, on a constaté des processus d’ajustements de cadres de perception, d’interprétation et projectifs afin de créer l’embryon de l’acteur collectif. À l’externe, l’Association a été confrontée et a su s’adapter aux différents changements dans son environnement. L’action de l’Association, à cette phase, a permis la création de liens affectifs propices à augmenter la solidarité entre les membres. Ces luttes sont ensuite racontées aux générations subséquentes et servent à créer le sentiment de partager une histoire commune, sentiment nécessaire à la création d’une culture associative.

Des constats théoriques qui ont émergé, l’auteure a ensuite identifié des pistes d’action pour le travail social en organisation communautaire. En ce sens, on peut dire que la recherche est une contribution aux connaissances du domaine de l’intervention sociale collective.

 - 30 -

Renseignements : Madame Martine Duperré
Coordonnatrice agente de stages
Décanat des études de premier cycle
Téléphone : (418) 545-5011, poste : 4750
Télécopieur : (418) 545-5012
Martine_Duperre@uqac.ca

Source: Denis Claveau, agent d’information
Service des affaires publiques
Téléphone: (418) 545-5011, poste 2350
Télécopieur : (418) 545-5012
Denis_Claveau@uqac.ca