Nicole Monney, diplômée de la maîtrise en éducation et candidate au doctorat

Nicole Monney est originaire de Cressier, un petit village du canton de Fribourg en Suisse. […]

Nicole Monney est originaire de Cressier, un petit village du canton de Fribourg en Suisse. Diplômée en enseignement primaire, elle a enseigné en Suisse durant six années au premier cycle. Curieuse de vivre de nouvelles aventures, elle s’est inscrite à un échange d’un an entre des enseignants suisses et québécois. En 1999, elle mit les pieds pour la première fois dans le « Royaume » du Saguenay−Lac-Saint-Jean. C’est ici qu’elle a découvert la magie des grands espaces, la brûlure des longs hivers sans fin, et la joie des longues soirées au coin du feu. À ce moment-là, elle ne se doutait pas que l’aventure allait se poursuivre sur plusieurs années.

En 2002, son choix était fait, elle vivrait au Québec et nulle part ailleurs. C’est ainsi qu’elle installa son campement à Jonquière et que, pour des raisons administratives, elle recommença sa formation en enseignement en entreprenant un baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire à l’UQAC. Trois années plus tard, diplôme et brevet d’enseignement en poche, une professeure au Département des sciences de l’éducation lui proposa d’amorcer une maîtrise. Ce moment sera déterminant pour sa carrière en recherche.

Ainsi, en 2006, elle commence une maîtrise en éducation concernant l’utilisation du matériel pédagogique en classe multiâge. Le contexte des classes multiâges était peu documenté et les enseignants de ce type d’organisation décriaient le manque de matériel. Ayant été elle-même enseignante en classe multiâge et ayant dû composer sans manuels didactiques, elle avait à cœur cette problématique. En réalisant sa maîtrise en éducation à l’UQAC, elle a bénéficié de l’expertise de professeurs reconnus dans le domaine et surtout disponibles et accessibles pour leurs étudiants de cycles supérieurs. Par ailleurs, elle a constaté rapidement que les étudiants de cycles supérieurs étaient intégrés dès le début de leur formation dans des équipes de recherche s’intéressant aux problématiques réelles de milieux scolaires. L’intérêt suscité par les différentes recherches au sein desquelles Nicole Monney intervenait ainsi que la motivation engendrée par l’encadrement reçu durant le cheminement de la maîtrise a semé l’idée que le mémoire ne terminerait pas sa carrière d’étudiante.

En 2009, Nicole Monney amorce un doctorat en éducation dans le réseau de l’UQ en collaboration avec l’UQAM. Une fois encore, la magie allait opérer. Durant quatre ans, elle traversera le parc pour aller participer aux séminaires à Montréal. Outre l’opportunité de suivre la construction de la fameuse autoroute, elle y rencontra des étudiants au doctorat provenant des quatre coins de la province et possédant des expertises variées. Ce fut de beaux moments riches en amitié et en échanges intellectuels. Plusieurs collaborations professionnelles se sont développées durant les séminaires. La pertinence des commentaires reçus par les chercheurs issus de divers horizons, la structure des séminaires, la présence d’étudiants de diverses constituantes sont autant de raisons pour réaliser un doctorat en éducation dans le réseau de l’UQ.

Restant affiliée à l’UQAC, Nicole Monney a pu enrichir son CV en poursuivant son implication dans les différentes équipes de recherche. Pour compléter sa formation, elle a cosigné des articles scientifiques, collaboré à différents collectifs destinés aux enseignants, coécrit des articles pédagogiques et publié son premier livre.

Aujourd’hui, elle termine son doctorat en éducation tout en occupant un poste de professeure-substitut en fondement de l’apprentissage à l’UQAC. Elle voue à son institution d’attache beaucoup de reconnaissance pour l’avoir accompagnée durant ses études de cycles supérieurs et souhaite y apporter sa propre couleur. La possibilité d’intégrer rapidement des équipes de recherche, la relation privilégiée entre les professeurs et les étudiants, la collaboration avec les milieux scolaires sont autant de forces pour les études de cycles supérieurs à l’UQAC. Enseignante au primaire, partie d’un petit village en Suisse, elle a eu, grâce à l’UQAC, la possibilité de voir plus loin.

________________________________________________________________________________________

Sur la photo : Nicole Monney, diplômée de la maîtrise en éducation et candidate au doctorat
________________________________________________________________________________________