Nouvelle publication : Le Grand-Brûlé

Le professeur-chercheur Camil Girard, du Département des sciences humaines, avec sa plus récente publication intitulée Le Grand-Brûlé, dont il a assuré la production au sein du Groupe de recherche sur l'histoire de l'UQAC.

Camil Girard, professeur chercheur et Gervais Tremblay, associé de recherche au GRH–UQAC, viennent de publier un imposant volume intitulé « Le Grand-Brûlé – Récits de vie et histoire d’un village au Québec ». Cet ouvrage publié par les Presses de l’Université Laval est le résultat d’une longue recherche qui a débuté en 1982 et à laquelle ont contribué tant des villageoises et villageois que des étudiants diplômés de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Dans la première moitié du XXe siècle, les ruraux québécois vivent des changements marquants. Ils ne naissent plus à la maison mais à l’hôpital, ils ne se marient plus parce que leur famille en décidé ainsi mais par choix ; ils prennent de plus en plus soins de leurs corps et de leur santé ; les femmes commencent à vouloir espacer davantage les enfantements tout éliminant la sage-femme de tout le processus d’accouchement. La confiance dans la parole de l’Église ou de ses représentants n’est plus aussi inébranlable que par le passé. À travers les récits de vie des hommes et des femmes d’une communauté du Saguenay, nous pouvons mieux comprendre comment les ruraux et les villageois ont intégré de nouveaux produits (tracteurs, électricité, voitures, trayeuses mécaniques, etc.) qui sont venus changer les pratiques, les manières de vivre et de penser, voire les mentalités et la culture.

Élément à souligner, la méthodologie utilisée par les auteurs est axée sur le développement d’une meilleure connaissance du quotidien car c’est là où se vivent les grands changements sociaux. La démarche poursuivie par M. Girard et M. Tremblay met en lumière le point de vue des acteurs vivant en marge des centres urbains ou industriels, une dimension rarement abordée jusqu’à maintenant par les historiens du Québec. Ainsi, Le Grand-Brûlé comporte dix-neuf récits de vie, foisonnant de détails uniques et de souvenirs, qui enrichissent l’analyse de l’ouvrage. En privilégiant cette approche, les auteurs cherchent notamment à encourager la population du milieu de Laterrière à se réapproprier sa culture identitaire. Vus sous cet angle, les habitants sont ici considérés comme des acteurs dynamiques et créateurs dans l’histoire.

Les chapitres composés des récits de vie sont précédés de six articles portant sur diverses facettes de la vie des habitants de Laterrière avec en toile de fond l’histoire de la première moitié du XXe siècle. Les grands thèmes étudiés sont l’industrialisation et l’urbanisation en milieu rural et villageois de même que le mariage, la conception et la naissance. Les chapitres suivants traitent de la vie quotidienne, des rapports hommes et femmes, de l’innovation de l’agriculture et finalement, de la dimension de la mort. En résumé, Le Grand-Brûlé nous offre un regard particulier sur une communauté villageoise du Saguenay à une époque marquée par des changements majeurs.