Pierre W. Boudreault publie aux Presses de l’Université Laval

Pierre W. Boudreault est professeur au Département des sciences humaines de l'UQAC et il a publié, à l'automne 2006, aux Presses de l'Université du Québec « Génies des lieux — Enchevêtrement culturel, clivages et ré-inventions du sujet collectif », et aux éditions de l'Harmattan : « L'identité en miettes — Limites et beaux risques aux multiculturalismes extrêmes ».

Pierre W. Boudreault vient de publier en codirection avec Denis Jeffrey, aux Presses de l’Université Laval, dans la collection « Sociologie au coin de la rue » Identités en errance — Multi-identité, territoire impermanent et être social.

Sommé d’être soi-même dans un monde d’individus libérés des allégeances morales face à sa société, ne devrait-on pas repenser la question de l’identité dans des cadres humains plus volatils? L’individu étant conscient de la nécessité d’être libre et autonome, tout ce qui peut représenter un mur ou une limite est repoussé, rejeté, combattu. En retour, sans limites ni cadres de référence acceptés collectivement, l’individu risque l’errance s’il ne trouve pas l’écho ni le miroir capable d’indiquer la mesure de ses limites personnelles.

Dans un monde pluraliste où l’enchevêtrement culturel et la différence s’imposent à l’encontre de la ressemblance et de la similitude, la quête identitaire se déploie, en quelque sorte, à partir d’une offre diversifiée de formes de reconnaissance. Nombre d’individus sont à la recherche d’emblèmes identitaires qui les représentent. Ne vivons-nous pas à l’ère des identités libérées ou à l’ère des identités en quête de frontières? En fait, la modernité la plus actuelle ne se démarque-t-elle pas par cet hyperphénomène des identités en errance?

Ce livre passionnera les sociologues, psychologues, politologues, éducateurs, économistes, citoyens intéressés à voir comment la formation de cadres d’expérience est au fondement d’un « être social » créateur d’une société nouvelle. Ce livre intéressera également toutes les personnes qui réfléchissent sur la recomposition cosmopolitique des cadres identitaires, notamment de ce que sont les trajectoires des jeunes au moment où la mondialisation crée un nouvel imaginaire du « vivre-ensemble » fondé sur des territoires flottants. Un nouvel « être social » postmoderne est à l’œuvre qui s’accommode paradoxalement d’une esthétique des différences et de la diversité. Comment la recomposition d’espaces sociaux complexes trace les conventions, par conséquent les limites de la liberté individuelle, qui pourtant, permet la vie sociale. Les identités individuelles sont en jeu dans la redéfinition sociale d’un espace devenu potentiel. Les jeunes, par leur silence ou par leur clameur, en sont peut-être la conscience, les prophètes.

Ont collaboré à cet ouvrage Jérôme Boissonade, Hélène Brunaux, Mario Côté, Malgorzata Kowalska, Michel Maffesoli, Denis Martouzet, Malgorzata Melchior, Françoise Moncomble, Guillaume Penel, Fabio Poggi, France Poulain, José Augusto Dos Santos Alves.

Pierre W. Boudreault est professeur au Département des sciences humaines de l’UQAC et il a publié, à l’automne 2006, aux Presses de l’Université du Québec « Génies des lieux — Enchevêtrement culturel, clivages et ré-inventions du sujet collectif », et aux éditions de l’Harmattan : « L’identité en miettes — Limites et beaux risques aux multiculturalismes extrêmes ».